Exposition « Fail Better V » / Doriane Souilhol

Vernissage de l’exposition  » FAIL BETTER V »
et rencontre avec l’artiste Doriane Souilhol

ALMA – Espace d’Art
Exposition du 1 au 21 Janvier
Vernissage le 5 Janvier à 18h
>Musique; Jam Jazz session à la cave de la galerie

Avec « Fail better » Doriane Souilhol questionne moins l’échec que le désir. Du latin desiderare, souhaiter le retour d’un astre favorable, suivre son étoile. Le désir – cet élan qui n’est pas sans rappeler les élans mystiques vers les cieux – c’est cette quête cent fois recommencée de l’artiste qui va d’essais en ratages, d’échecs en nouveaux espoirs… Try again. Fail again. Fail better. Nous donne-t-elle à voir ses échecs ? Non, plutôt ses désirs qui se dévoilent d’une image à l’autre et sa quête d’absolu.

Les œuvres données à voir sont composées d’images découpées, trouées, occultées ou voilées et présentées sous forme d’installation. L’origine des images et ce qu’elles représentent ont un caractère mystérieux. Mais peu à peu se révèle quelque chose qui se tisse entre les images. Des motifs se répètent et se répondent d’une oeuvre à l’autre, dans la trame des images (cette atomisation en multitudes de points comme autant de constellations) jusque dans la trame du papier (la chair même de l’oeuvre, en confettis, fait amas d’étoiles). Alors on pénètre dans son l’univers peuplé de comètes, de météores, de champignons atomiques mais aussi de figures comme Sainte Thérèse d’Avila ou Anna Karina.

Sa manière d’appréhender les images s’exprime à travers le travail de découpe, la mise en lambeaux, l’attaque physique, qui révèlent la matérialité des supports. Opérant par soustraction, elle retire quelque chose à l’image pour créer une attente, laisser place à un imaginaire, susciter le désir et partager son amour des images avec le public. Alors cela apparaît, surgit, se montre, brille, se reconstruit, se déduit, se sublime…

Devant des images « défaillantes », évidées ou évanescentes, on s’interroge sur ce qui a été dérobé à la vue puis on s’émeut d’une poétique de la chute (de papiers, d’étoiles ou de l’artiste). On découvre des sérigraphies aux infimes variations faites de « presque rien ». On touche des yeux la matière du papier. On touche du doigt le point de bascule, l’entre-deux, où l’image se fait sculpture et la sculpture image

Avec l’exposition « Fail better », Doriane Souilhol nous invite à déplacer notre point de vue sur les images, entre imagination, matérialité et sensibilité.

Julien Gaunet

Newsletter

© Copyright 2016 ALMA All Rights Reserved